Make your own free website on Tripod.com

 

Vers Jésus

Chapitre 6

Foi, paix, assurance

[Flash Player]

Quand votre conscience a été réveillée par le Saint-Esprit, vous avez commencé à voir le caractère odieux du péché, sa culpabilité et les malheurs qu’il engendre, et vous ne le considérez plus qu’avec horreur. Vous sentez que le péché vous a séparé de Dieu, que vous êtes esclave de la puissance du mal. Plus vous vous débattez pour lui échapper, plus le sentiment de votre impuissance est vif. Vos mobiles sont impurs, votre cœur est souillé. Vous voyez que votre vie a été remplie d’égoïsme et de péché. Vous soupirez après le pardon et la liberté. Être en règle avec Dieu, lui ressembler : que faire pour y arriver?

Ce qu’il vous faut, c’est la paix, c’est le pardon du ciel, c’est l’amour divin dans votre âme. Cette paix, l’argent ne saurait la procurer, l’intelligence ne saurait y conduire, la sagesse ne peut y atteindre; jamais vous ne pourrez l’obtenir par vos efforts. Mais Dieu vous l’offre à titre de don, « sans argent, sans rien payer ». (Ésaïe 55:1) Elle vous appartient si vous voulez seulement étendre la main pour vous en saisir. L’Éternel dit : « Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; s’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. » (Ésaïe 1:18) « Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau. » (Ézéchiel 36:26)

Vous avez confessé vos péchés, et vous les avez délaissés de tout votre cœur, Vous avez pris la détermination de vous abandonner à Dieu. Maintenant, allez à lui et demandez-lui de laver vos péchés et de vous donner un cœur nouveau, et puis, croyez qu’il le fait parce qu’il l’a promis. C’est ce que Jésus nous a enseigné lorsqu’il était ici-bas. Le don que Dieu nous a promis, il faut simplement croire que nous le recevons, et il est à nous. Jésus guérissait les maladies de ceux qui avaient foi en sa puissance. Il les secourait dans les choses visibles afin de leur donner confiance en lui dans les choses invisibles, les amenant ainsi à croire qu’il a autorité pour pardonner les péchés. C’est là ce qu’il a déclaré en guérissant le paralytique : « Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit, et va dans ta maison. » (Matthieu 9:6) C’est aussi ce que dit l’apôtre Jean, en parlant des miracles de Jésus-Christ : « Ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom. » (Jean 20:31)

Le simple récit de la manière dont Jésus guérit le paralytique du réservoir de Béthesda peut nous aider à comprendre comment il faut croire en lui pour obtenir le pardon des péchés. Considérons cette histoire. Ce pauvre malade était impotent; il n’avait pas fait usage de ses jambes depuis trente-huit ans. Cependant, Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton lit, et marche. » (Jean 5:1-9) Le malade aurait pu dire : « Seigneur, si tu veux me guérir, j’obéirai à ta parole. » Mais non, il crut à la parole de Jésus; il crut qu’il était guéri et aussitôt il agit en conséquence; il voulut marcher et il marcha. Il obéit à l’ordre de Jésus et Dieu lui donna la force de marcher. Il fut guéri.

Vous êtes pécheur. Vous ne pouvez faire propitiation pour vos péchés passés, vous ne pouvez changer votre cœur et le sanctifier. Mais Dieu promet de faire tout cela pour vous par Jésus- Christ. Vous croyez à cette promesse. Vous confessez vos péchés et vous vous donnez à Dieu. Vous voulez le servir. Tout aussi certainement que vous faites cela, Dieu accomplira sa parole à votre égard. Si vous croyez à la promesse — que vos péchés sont pardonnés et que vous êtes purifié — Dieu transforme votre foi en réalité. Vous êtes guéri, tout aussi certainement que le paralytique auquel Jésus a donné la force de marcher dès qu’il crut à sa guérison. La chose est, dès que vous croyez.

N’attendez pas de sentir que vous êtes guéri, mais dites : « Je le crois; la chose existe, non parce que je la sens, mais parce que Dieu l’a dit. »

Jésus nous dit : « Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. » (Marc 11:24) Mais une condition est liée à cette promesse : notre requête doit être conforme à la volonté de Dieu.

Or, c’est la volonté de Dieu de nous purifier de tout péché, de faire de nous ses enfants, de nous permettre de vivre saintement. Nous pouvons donc demander ces grâces, croire que nous les recevons et remercier Dieu de nous les avoir accordées. Il ne tient qu’à nous d’aller à Jésus pour être purifiés et pour subsister devant sa loi sans confusion ni remords. « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » (Romains 8:1)

Dès cet instant vous ne vous appartenez plus : vous avez été racheté à grand prix. « Ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés... mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache. » (1 Pierre 1:18,19) Par ce simple acte de foi en Dieu, le Saint-Esprit vous a engendré à une vie nouvelle. Vous êtes maintenant un membre de la famille divine, et Dieu vous aime comme il aime son Fils.

Maintenant que vous vous êtes donné à Jésus, ne retournez pas en arrière, ne vous arrachez pas à son étreinte. Dites, jour après jour : « Je suis au Christ, je me suis donné à lui »; et demandez-lui son Saint-Esprit et sa grâce pour vous garder. C’est en vous donnant à Dieu et en croyant en lui que vous devenez son enfant; c’est de la même façon que vous devez vivre en lui. L’apôtre dit : « Comme vous avez reçu le Seigneur Jésus-Christ, marchez en lui. » (Colossiens 2:6)

Certaines personnes pensent qu’elles devraient être mises à l’épreuve et montrer au Seigneur qu’elles sont transformées avant de pouvoir se réclamer de sa grâce. Mais elles peuvent s’en réclamer en ce moment même. Il leur faut cette grâce, il leur faut l’Esprit du Christ pour les soutenir dans leur infirmité; sinon elles ne pourront résister au mal. Jésus aime nous voir venir à lui tels que nous sommes, pécheurs, impuissants, débiles. Nous pouvons aller à lui et nous jeter à ses pieds avec nos faiblesses, nos égarements, nos péchés. Il met sa gloire à nous combler de son amour, à panser nos blessures et à nous purifier de toute impureté.

C’est ici que des milliers de pécheurs font erreur ils ne croient pas que Jésus leur pardonne personnellement, individuellement. Ils ne prennent pas Dieu au mot. Tous ceux qui se soumettent au Seigneur peuvent savoir positivement que le pardon de tous leurs péchés leur est gratuitement accordé. Mettez de côté la pensée injuste que les promesses de Dieu ne vous concernent pas. Elles concernent chaque pécheur repentant. Par le ministère des anges, la force et la grâce sont communiquées à tout croyant de la part de Jésus-Christ. Nul n’est pécheur au point de ne pouvoir trouver force, pureté et justice en celui qui est mort pour nous. Jésus ne désire rien tant que de nous enlever nos vêtements tachés et souillés par le péché, et de nous revêtir des robes blanches de la justice. Il nous supplie de vivre, de ne pas mourir.

Dieu n’agit pas envers nous comme les hommes mortels agissent les uns envers les autres. Ses pensées sont des pensées de miséricorde, d’amour et de tendre compassion : « Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées; qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. » « J’efface tes transgressions comme un nuage, et tes péchés comme une nuée. » (Ésaïe 55:7; 44:22)

« Je ne désire pas la mort de celui qui meurt, dit le Seigneur, l’Éternel. Convertissez-vous donc, et vivez! » (Ézéchiel 18:32) Satan est toujours sur le qui-vive pour nous masquer ces précieuses promesses de Dieu. Il désire nous ravir toute lueur d’espérance et tout rayon de lumière. Mais il ne faut pas se prêter à son jeu. N’écoutez pas le tentateur. Dites : « Jésus est mort pour m’assurer la vie. Il m’aime et ne désire pas que je périsse. J’ai au ciel un Père compatissant qui me recevra, bien que j’aie abusé de son amour et fait un mauvais usage de ses bienfaits. Je me lèverai et j’irai lui dire : « J’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils; traite-moi comme l’un de tes mercenaires. » La parabole vous dit comment le fils prodigue sera reçu : « Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. » (Luc 15:18-20)

Mais cette parabole elle-même, si touchante soit-elle, n’est pas l’expression adéquate de l’infinie compassion du Père céleste. Dieu fait cette déclaration par son prophète : « Je t’aime d’un amour éternel. » (Jérémie 31:3) Alors même que le fils est éloigné de la maison paternelle, gaspillant ses biens dans un pays étranger, le cœur du Père soupire après lui; et chaque désir qui s’éveille dans l’âme du malheureux et le pousse vers Dieu n’est que le tendre plaidoyer de l’Esprit-Saint qui le sollicite, le supplie, l’attire vers son Père.

Les riches promesses de la Bible sous les yeux, pouvez-vous encore douter? Pouvez-vous croire que le Seigneur empêche durement le pauvre pécheur de venir se jeter repentant à ses pieds, quand il aspire à revenir à lui et désire délaisser ses péchés? Arrière de vous de telles pensées! Rien ne peut faire plus de mal à votre âme que d’y nourrir de si injustes soupçons au sujet de votre Père céleste. Il hait le péché, mais il aime le pécheur au point qu’il s’est sacrifié lui-même pour lui dans la personne de Jésus-Christ. Il l’a fait afin que tous ceux qui le veulent puissent être sauvés et entrer en possession de la félicité éternelle dans le royaume de gloire. Quel langage plus fort et plus tendre aurait-il pu employer pour exprimer son amour envers nous? Voici ses paroles : « Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles? Quand elle l’oublierait, moi je ne t’oublierai point. » (Ésaïe 49:15)

Élevez vos regards, vous qui doutez et qui tremblez car Jésus vit et intercède pour vous. Remerciez Dieu pour le don de son cher Fils et demandez-lui qu’il ne soit pas mort pour vous en vain. L’Esprit vous invite aujourd’hui. Venez à Jésus de tout votre cœur, et vous pourrez vous réclamer de sa grâce.

En lisant les promesses divines, souvenez-vous qu’elles sont l’expression d’un amour, et d’une compassion inexprimables.

Le grand cœur de l’Amour infini se penche irrésistiblement vers le pécheur. « En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés. » (Éphésiens 1:7) Oui, croyez seulement que Dieu est votre secours. Il désire restaurer dans l’homme son image morale. Quand vous vous approcherez de lui par la confession et la repentance, il s’approchera de vous avec la miséricorde et le pardon.