Make your own free website on Tripod.com

 

Vers Jésus

Chapitre 12

Que faire des doutes?

[Flash Player]

Des chrétiens, et particulièrement les jeunes dans la foi, sont parfois troublés par les suggestions du scepticisme. Il y a dans la Bible bien des choses qu’ils ne peuvent expliquer ni même comprendre, et Satan s’en sert pour ébranler leur foi dans les saintes Écritures comme révélation de Dieu. « Comment pouvons nous connaître la bonne voie? se demandent-ils. Si la Bible est véritablement la Parole de Dieu, comment nous affranchir des doutes dont nous sommes obsédés? »

Dieu ne nous demande jamais de croire sans donner à notre foi des preuves suffisantes. Son existence, son caractère, la véracité de sa Parole, tout cela est établi par des témoignages qui en appellent à notre raison; et ces témoignages sont abondants. Toutefois, Dieu n’a jamais enlevé la possibilité du doute. Notre foi doit reposer sur des preuves et non sur une démonstration. Ceux qui désirent douter en auront l’occasion, tandis que ceux qui veulent réellement connaître la vérité, trouveront des preuves abondantes qui affermiront leur foi.

Il est impossible à un esprit borné de comprendre parfaitement les œuvres ou le caractère de l’Infini. Cet Être saint demeurera toujours enveloppé de mystère, même pour les esprits les plus transcendants et les intelligences les plus cultivées. « Prétends-tu sonder les pensées de Dieu, parvenir à la connaissance parfaite du Tout-Puissant? Elle est aussi haute que les cieux : que feras-tu? Plus profonde que le séjour des morts : que sauras-tu? (Job 11:7, 8)

L’apôtre Paul pousse cette exclamation : « Ô profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles! » (Romains 11:33) Mais quoique « les nuages et l’obscurité, l’environnent, la justice et l’équité sont la base de son trône ». (Psaumes 97:2) Nous pouvons pénétrer assez loin dans la connaissance des voies de Dieu à notre égard et des mobiles qui le guident pour savoir qu’il met une puissance infinie au service d’un amour incommensurable. Nous pouvons comprendre de ses desseins tout ce qui nous est utile. Quant au reste, nous devons nous en remettre à une main toute-puissante, à un cœur qui n’est qu’amour.

Comme le caractère de son Auteur, la Parole de Dieu nous présente des mystères qui ne pourront jamais être sondés à fond par des êtres bornés. L’entrée du péché dans le monde, l’incarnation de Jésus-Christ, la régénération, la résurrection, et plusieurs autres faits présentés dans la Bible, sont des mystères trop profonds pour être expliqués ou même saisis pleinement par l’esprit humain. Mais Dieu nous a donné dans les Écritures des preuves suffisantes de leur divinité, et nous n’avons nullement lieu de douter de celles-ci parce que nous ne pouvons pas comprendre les mystères de sa providence. Dans le monde matériel, nous sommes constamment entourés de mystères impénétrables. Les plus humbles manifestations de la vie sont un problème que les plus sages philosophes sont incapables d’expliquer. De tous côtés se présentent des merveilles qui surpassent notre intelligence. Faut-il donc être surpris s’il se trouve dans le monde spirituel des mystères insondables? Toute la difficulté se trouve dans la faiblesse et l’étroitesse de l’esprit humain.

L’apôtre Pierre dit qu’il y a dans les Écritures « des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens ... pour leur propre ruine ». (2 Pierre 3:16) Les sceptiques ont tiré de ces points difficiles des arguments contre la Bible; mais ce sont là au contraire des preuves solides de sa divine inspiration. Si elle ne nous disait de Dieu que des choses aisées à comprendre; si l’esprit borné de l’homme pouvait facilement embrasser sa grandeur et sa majesté, la Bible ne porterait pas le sceau indubitable de l’autorité divine. La grandeur même et le mystère des thèmes qui y sont traités devraient nous porter à croire qu’elle est la Parole de Dieu.

La Bible révèle la vérité avec une telle simplicité et une adaptation si parfaite aux besoins et aux aspirations du cœur humain qu’elle a fait le charme et l’étonnement des esprits les plus cultivés. D’autre part, elle met les humbles et les illettrés à même de comprendre le chemin du salut. Et pourtant, ces vérités si simplement exprimées traitent de sujets si élevés, si profonds, et tellement inaccessibles aux facultés humaines, que nous ne pouvons les accepter que parce que c’est Dieu qui a parlé. Ainsi, le plan du salut nous est révélé de telle manière que chacun peut comprendre ce qu’est la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ, et s’engager dans cette voie pour être sauvé. Et cependant, ces vérités si faciles à saisir contiennent des mystères qui nous voilent la gloire de Dieu — mystères qui confondent celui qui cherche sincèrement la vérité, mais lui inspirent la foi et le respect. Plus il sonde la Bible, plus ferme est sa conviction qu’elle est la Parole de Dieu. La raison s’incline devant la majesté de la révélation divine.

Se rendre compte que la compréhension parfaite des grandes vérités de la Bible nous échappe, c’est simplement reconnaître qu’un esprit borné est insuffisant pour concevoir l’infini, que l’homme, avec ses connaissances limitées, ne peut saisir les desseins de l’Omniscient.

Parce qu’ils n’en peuvent sonder tous les mystères, les sceptiques et les incrédules rejettent la Parole de Dieu. Ceux qui professent croire à la Bible ne sont même pas à l’abri de tout danger à cet égard. L’apôtre Paul dit : « Prenez garde, frères, que quelqu’un de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant. » (Hébreux 3:12) C’est une chose tout à fait légitime que d’étudier attentivement les enseignements de la Bible et de sonder les « profondeurs de Dieu », en tant qu’elles sont révélées dans l’Écriture. (1 Corinthiens 2:10) Si « les choses cachées sont à l’Éternel, notre Dieu », « les choses révélées sont à nous. » (Deutéronome 29:29) Mais l’effort de Satan vise à pervertir les facultés d’investigation dont nous sommes doués. À l’étude des vérités de la Bible se mêle un certain orgueil qui pousse à l’impatience ou au dépit quand on ne peut pas en expliquer tous les passages d’une manière satisfaisante. Il est trop humiliant de reconnaître qu’on ne comprend pas les paroles inspirées. On ne consent pas à attendre que Dieu juge à propos de nous révéler sa vérité. On a le sentiment qu’on peut comprendre les Écritures par sa propre sagesse; et, n’y arrivant pas, on est amené à nier virtuellement leur autorité. Il est vrai que bon nombre de théories et de doctrines populaires qu’on suppose tirées de la Bible n’y trouvent aucun fondement et sont en réalité en opposition avec la teneur générale de ses pages inspirées. Ce fait, qui a été une occasion de doute et de perplexité pour bien des esprits, loin d’être attribuable à la Parole de Dieu, est l’œuvre des hommes qui l’ont pervertie.

S’il était possible à des créatures humaines de parvenir à une parfaite intelligence de Dieu et de ses œuvres, arrivées à ce point, elles n’auraient plus de vérités à découvrir, plus rien à apprendre, plus de progrès à réaliser dans le développement de l’esprit et du cœur. Dieu ne serait plus l’Être suprême, et l’homme, arrivé aux limites extrêmes de la connaissance et du progrès, cesserait d’avancer. Remercions Dieu de ce qu’il n’en soit pas ainsi. Dieu est infini; en lui sont « cachés tous les trésors de la sagesse et de la science » (Colossiens 2:3), et pendant toute l’éternité les hommes ne cesseront de chercher et d’apprendre, sans jamais épuiser les trésors de sa sagesse, de sa bonté et de sa puissance.

Il entre dans les desseins de Dieu que, même en cette vie, sa vérité continue à se dévoiler aux yeux de son Église. Et l’on ne peut obtenir l’intelligence de la Parole de Dieu que par l’illumination de l’Esprit qui l’a donné. « Personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. » « Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. » (1 Corinthiens 2:10, 11) Le Sauveur a fait cette promesse à ses disciples : « Quand le Consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité... Il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. » (Jean 16:13, 14)

Dieu désire que l’homme fasse usage de ses facultés. Plus que toute autre étude, celle de la Bible les fortifiera et les ennoblira. Toutefois, il faut prendre garde de ne pas déifier la raison, qui est sujette aux faiblesses et aux infirmités. Si nous ne voulons pas que les vérités les plus évidentes de la Bible nous soient incompréhensibles, nous devons posséder la simplicité et la foi d’un petit enfant, être prêts à nous laisser instruire et implorer l’assistance du Saint-Esprit. Le sentiment de la puissance et de la sagesse de Dieu, aussi bien que celui de notre incapacité de concevoir sa grandeur, devrait nous porter à l’humilité et nous aider à ouvrir sa Parole avec les mêmes dispositions d’adoration et de crainte que si nous entrions en sa présence. Dès qu’elle s’approche de la Bible, la raison humaine reconnaît une autorité supérieure à la sienne : le cœur et l’intelligence doivent s’incliner devant le grand JE SUIS.

Bien des vérités apparemment difficiles ou obscures deviennent claires et simples pour ceux qui cherchent à les comprendre avec humilité. Mais sans le secours du Saint-Esprit nous sommes toujours enclins à tordre les Écritures et à en donner de fausses interprétations. Beaucoup lisent la Bible sans profit, voire pour leur perte. Quand on ouvre la Parole de Dieu sans respect et sans prière, quand les pensées et les affections ne reposent pas sur Dieu ou ne sont pas en harmonie avec sa volonté, l’entendement est bientôt obscurci par le doute et l’étude même de la Bible contribue à fortifier le scepticisme. L’ennemi prend possession de nos pensées et nous suggère de fausses interprétations. Dès qu’un homme, quelque savant qu’il puisse être, perd le désir d’être en harmonie avec la Bible, soit par ses paroles, soit par ses actes, il est condamné à comprendre les Écritures d’une manière erronée, et il faut se défier de ses explications. Le discernement spirituel est refusé à ceux qui étudient la Bible pour y découvrir des erreurs. Leur vision faussée verra des causes de doute et d’incrédulité là où tout est simple et clair.

Qu’on la déguise comme on voudra, dans la plupart des cas la cause réelle du doute et du scepticisme, c’est l’amour du péché. Les enseignements et les avertissements de la Parole de Dieu ne sont pas agréables au cœur orgueilleux et pervers, et ceux qui ont de la répugnance à se conformer à ses exigences sont vite prêts à mettre en doute son autorité. Pour parvenir à la connaissance de la Vérité, il faut avoir un désir sincère, de la connaître et un cœur disposé à s’y conformer. Ceux qui entreprennent l’étude de la Bible dans ces sentiments trouveront des preuves évidentes et nombreuses de son inspiration divine, et saisiront ses vérités qui les rendront sages à salut.

Jésus a dit : « Si quelqu’un veut faire la volonté de Dieu, il saura si ma doctrine est de Dieu ou si je parle de mon chef. » (Jean 7:17) Au lieu de douter de ce que vous ne comprenez pas ou de discuter, suivez la lumière qui brille déjà sur votre sentier et vous recevrez davantage. Par la grâce de Jésus-Christ, acquittez- vous de tous les devoirs qui vous ont été clairement révélés, et vous serez mis à même de comprendre et d’accomplir ceux qui sont actuellement pour vous un sujet de perplexité.

Il y a une catégorie de preuves accessibles au plus ignorant comme au plus savant. Ce sont celles de l’expérience. Dieu nous invite à éprouver pour nous-mêmes la vérité de sa Parole et la certitude de ses promesses. Il nous dit : « Sentez, et voyez combien l’Éternel est bon! » (Psaumes 34:9) Au lieu de s’en tenir au témoignage d’autrui, il faut l’éprouver soi-même. Dieu dit : « Demandez, et vous recevrez. » (Jean 16:24) Ces promesses s’accompliront. Elles n’ont jamais failli et elles ne failliront jamais. Quand nous nous approcherons de Jésus et que nous nous réjouirons de la plénitude de son amour, nos doutes et les ténèbres qui nous environnent se dissiperont à la lumière de sa présence.

L’apôtre Paul dit que Dieu nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour. (Colossiens 1:13) Quiconque est passé de la mort à la vie « a certifié que Dieu est vrai ». (Jean 3:33) Il peut dire : J’avais besoin de secours et je l’ai trouvé en Jésus. Il a été pourvu à tous mes besoins. La faim de mon âme a été apaisée; et maintenant la Bible est pour moi la révélation de Jésus-Christ. Me demandez-vous pourquoi je crois en Jésus? Parce qu’il est pour moi un divin Sauveur. Et pourquoi je crois à la Bible? Parce que j’y ai trouvé la voix de Dieu parlant à mon âme. » Nous pouvons avoir en nous-mêmes le témoignage que la Bible est la vérité, que Jésus est le Fils de Dieu. Nous savons que nous ne suivons pas des fables habilement conçues.

L’apôtre Pierre exhorte ses frères à croître « dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ». (2 Pierre 3:18) À mesure que les enfants de Dieu croissent en grâce, ils obtiennent une intelligence de plus en plus claire de sa Parole. Ils discernent dans ses pages sacrées des lumières et des vérités toujours nouvelles. C’est l’expérience qu’a pu faire l’Église de Jésus-Christ de tous les temps, et c’est celle qu’elle fera jusqu’à la fin. « Le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, dont l’éclat va croissant jusqu’au milieu du jour. » (Proverbes 4:18)

Par la foi, nous pouvons plonger nos regards dans l’avenir et compter sur le moment béni où — selon les promesses de Dieu — nous connaîtrons un développement constant de notre intelligence. Les facultés humaines seront alors unies à la sagesse divine et toutes les puissances de notre être mises en contact direct avec la source de la lumière. Nous pouvons nous réjouir à la pensée que tout ce qui dans les voies de Dieu, nous a angoissés ici-bas sera alors éclairci. Les choses difficiles à comprendre seront expliquées, et là où notre intelligence bornée ne découvre aujourd’hui que confusion, nous constaterons l’harmonie la plus parfaite. « Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu. » (1 Corinthiens 13:12)